Double baffe pour double-you Bush !

Le prix Nobel de la Paix décerné à Al Gore et au GIEC de l’ONU résonne comme une double baffe décernée à la face du fils à papa qui trône à la Maison Blanche et a mis le feu au Moyen-Orient.

Non pas tant parce que ce prix distinguerait le « perdant ayant gagné » de l’élection présidentielle de 2000, W ayant reçu l’appui des juges de la Cour Suprême nommés 8 ans plus tôt par son papa, H. C’est amusant, certes, « ça fait du bien par où ça passe » même, mais ça ne permet (hélas) pas de refaire l’histoire d’il y a 7 ans.

algore.jpgLa première baffe, c’est que le Nobel récompense une approche américaine (ben oui, Gore n’est ni français ni un chocolate maker belge !) diamétralement opposée à celle préconisée par ledit W il y a encore quelques jours. Feignant une passion soudaine pour l’écologie, il a exposé la vision hautement technologique d’un futur « de dans 30 ans » – vision développée par des think-tanks et autres lobbys bossant pour les pétroliers et autres pourvoyeurs d’énergie américains. C’est bien foutu, convaincant même, mais sur le long terme s’entend.
Car le problème c’est que « dans 30 ans », date à laquelle ces technologies nouvelles telles que les piles à combustible ou les réacteurs nucléaire de 4ième génération seront solidement établies, c’est un peu tard eu égard à la situation actuelle: il y a des actions immédiates à prendre, de réduction des pollutions d’origine fossile et de consommation modérée d’énergie, mais qui toutes ont pour principal défaut de mettre à mal les intérêts de grands groupes industriels, automobiles ou émergétiques ayant soutenu ledit W à bout de bras dans sa conquête de Washington. Avec Gore et ceux qui pensent comme lui, la politique américaine offre donc d’autres perspectives: tous ne sont pas à mettre dans le même sac, et être anti-Bush n’est donc pas être anti-américain primaire, n’en déplaise à quelques néocons européens qui aimeraient nous faire croire le contraire.

Mais plus fort encore: en décernant aussi le prix Nobel au GIEC, c’est l’ONU qui est distinguée. Or l’ONU, malgré toutes ses tares de fonctionnement, c’est le symbole du multilatéralisme coopératif entre Etats de not’ p’tite planète . Pour l’unilatéralisme militarisé à prétention messianique – cache-sexe de l’argent et du pouvoir – incarné par W, la pilule n’en est donc qu’une nouvelle fois amère. Baffe numéro 2 ! Uhuhuhuh !

D’aucun s’interrogeront quand même sur le rapport entre protection de l’environnement ou développement durable d’une part, et paix d’autre part. Ne s’agit-il pas justement là d’une provocation d’européens, d’une nouvelle manfifestation de notre anti-américanisme primaire ? Non: le rapport entre écologie/environnement et paix est étroit.

Le développement durable, c’est en effet poser la question de la gestion partagée des ressources naturelles. Or toutes les guerres qu’a connues l’humanité ne furent finalement jamais dictées par autre chose que la possession égoïste desdites ressources – en ce compris « l’espace ». Vous pensez – comme W et sa clique de néocons – que le conflit israélo-arabe est un affrontement strictement religieux dont le 11 septembre serait un symbole ? palestineeau.jpgRegardez une carte hydraulique de la région, et vous comprendrez mieux l’importance de la Cisjordanie (le Jourdain mais aussi la « ligne de partage » des eaux de pluie), du Golan (ses neiges et la bordure du Lac de Tibériade), ou la nature des conflit de tracés de frontière avec le Liban (les différentes sources qui y sont situées ) et la Jordanie (la rivière Yarmuk). Si vous la combinez à la consommation d’eau potable israélienne, en moyenne pas loin de 20 fois supérieure à celle des palestiniens, beaucoup de chose deviennent « claires ». Oui, hélas, la religion n’est encore une fois qu’un masque accomodant sur une vérité bien plus terre-à-terre: la conquête des ressources naturelles.

La gestion harmonieuse et durable de ressources devenant rares au fil de la croissance démographique de notre planète, dans un souci de partage et d’accès à tous, loin des égoïsmes nationaux, c’est  un facteur de paix. Oui, ce prix Nobel fait donc du sens.

Bonne journée !

Un bon vieux Midnight Oil, sur le partage de la planète et la nécessité de se réveiller pendant que nos Beds are burning (http://www.youtube.com/watch?v=qspbF5owcZk). ‘tention, le clip orienté « paix » est très parlant… et donc un peu dur.

Publicités

~ par nrs sur 17 octobre 2007.

2 Réponses to “Double baffe pour double-you Bush !”

  1. Traiter un opposant de Bush d’anti-américanisme primaire, c’est comme traiter une entrecôte de hamburger.
    :o)

  2. Comme quoi les nécons ne sont pas des gastronomes ! ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :