Après moi, le déluge !!!

Ce qui est pénible quand on voyage, c’est de se rendre compte à quel point il fait effectivement plus beau au sud qu’au nord.

seasidebarcelona.jpg


Ouai, je sais, vous allez m’dire vous zaut’ les caustiques blasés: « C’est quand même graaaaaaave qu’il te faille voyager pour t’en rendre compte, andouille !« . Mais ce n’est pas ça le problème, bande d’ânes bâtés: c’est une chose que de le savoir – je sais aussi théoriquement (euuuhh, reum-reum, juste un peu quoi…) comment fonctionne un réacteur à fusion nucléaire; mais c’est autre chose que de le ressentir, voire le « subir » in ze real life – et il n’y aucune chance pour que je (dé)passe jamais un milliardième de seconde de vie dans un tokamak.

Et c’est d’autant plus vrai que depuis le début de l’été, je mesure cette différence de manière régulière au fil de mes voyages, et non une fois par an au moment des « grandes vacances » – inexistantes dans mon cas depuis plusieurs années, d’où la multiplicité de mes voyages d’agrément cette année en plus de mes missions professionnelles. Un week-end à Montpellier puis 5 jours à Barcelone avec la pluie grisaillante bruxelloise entre les 2, bonjour les dégâts… Et avant, 3 séjours au Proche-Orient, Budapest, Vienne, Barcelone déjà. Et ensuite 10 jours à Marrakech dans une semaine, un retour en Espagne voire même au Portugal début décembre, et Malte, Rome et Ljubliana juste avant Noël – avant  le reste du bassin méditerranéen en janvier et février (on s’garde les nordiques pour la fin du printemps, quand les journées s’y étirent paresseusement !).

brusselsinrain.jpgBref, je sens que ma bonne vieille Bruxelles, qui commence à me sortir par les trous d’nez après 12 années de prédence assidue, me glace de plus en plus au plus profond des p’tits os de ma grande carcasse (pas grosse, car c’est pas la carcasse qui fait les rondeur, mais l’gras !). La concurrence est rude tant les retours au bercail sont assez dramatiquement… froids et mouillés, malgré la chaleur des retrouvailles avec les amis, nos p’tits restaus et nos p’tits bars, mon loft qui s’finit et les sourires de mes filles.

Alors pourquoi suis-je ici au lieu de vivre dans ces villes et pays ou l’éventail eventail.jpgn’est pas un magazine culturel parmi d’autre mais tiens plutôt bel et bien lieu d’accessoire ‘ch’ment utile ? Ben j’sais pas, j’sais même plus en fait, si tant est que j’ai jamais su. Les hasards de la vie ? Bof… Mais en fait, on s’en fout: car l’important, c’est le présent et l’futur ! Et il est ensoleillé, whatever an’ wherever, dans le ciel et dans le coeur. Suffit d’aller au d’vant.

Bonne journée !

Publicités

~ par nrs sur 9 novembre 2007.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :