La Gauche contre le peuple ?

Ainsi donc, ce que les français ont rejeté par referendum, la Fraaaance (avec trémolos, please) va sans doute l’accepter par voie parlementaire – sauf si TOUS les députés et sénateurs de gauche, nonobstant leurs votes individuels au référendum sur la Constitution européenne, devaient considèrer que seul le peuple peut défaire ce qu’il a décidé lui, et donc voter contre le projet de loi constitutionnelle induit par le traité dit de Lisbonne (ce qui priverait Sarkosy de la majorité requise des 3/5° au Congrès et aboutirait au retrait dudit traité).

L’Europe a-t-elle besoin de nouvelles règles ? Oui, indiscutablement, parce que d’un point de vue institutionnel nos règles actuelles ne sont guère satisfaisantes avec 27 Etats membres. Mais pourquoi ne pas avoir ajusté les règles AVANT, comme condition préalable à l’élargissement ? Mystère et boule de gomme, sauf à considérer que « l’aréopage éclairé » qui construit l’Europe – car c’est de cela dont il s’agit depuis plus de 50 ans – craignait que ledit élargissement soit retardé ou rejeté, et anticipait qu’élargir AVANT « forcerait » l’approfondissement APRES. Un ersatz de la technique stalinienne du « salami », finalement… Comme quoi, le pouvoir génère ses propres comportements, nonobstant la coloration des discours de ceux qui l’exercent.

Est-ce être anti-européen que d’écrire celà et de mentionner un « aréopage éclairée » ? Non. La vie et l’oeuvre de Jean Monnet, tout sauf un homme politique élu du peuple, en sont une illustration parfaite. Je pense même que cette construction « sans » les peuples (pas contre, SANS) à l’origine de la Communauté européenne, focalisée sur des sujets techniques, était indispensable pour lancer le mouvement d’unification européenne et passer outre les réticences nationales issues de 2 guerres mondiales.

Mais pour autant, à un moment donné, on ne peut plus faire l’Europe sans les peuples, car alors on prend le risque de la faire CONTRE eux, parce que depuis près de 15 ans nous quittons petit à petit le technique pour entrer dans le plus symbolique – et qui est aussi le plus lourd – de ce qu’est une nation, un Etat, un peuple.

Alors que l’on soit pour cette Europe là, ou pour une autre Europe (le Plan B n’existait pas, certes, mais ça ne veut pas dire qu’il ne pourrait pas exister: il n’y pas qu’une Europe possible, plusieurs même co-existent déjà), ou même contre, on ne peut pas accepter que ce que le peuple a fait soit défait par des élus, nonobstant leur légitimité: l’Europe ne peut continuer à être l’apanage ou le « joujou » de celles et ceux – dont moi – qui ont la « mondialisation heureuse ». Elle doit devenir celle des citoyens, quand bien même lesdits citoyens ne la voudraient pas comme je la rêve moi ou comme vous la pensez vous.

Pour ne pas devoir un jour écrire comme Brecht le fit, à propos de la révolte des ouvriers du 17 juin 1953 à Berlin-Est:

170653-berlin-est.jpgAprès l’insurrection du 17 juin,
Le secrétaire de l’Union des Ecrivains
Fit distribuer des tracts dans la Stalinallée.
Le peuple, y lisait-on, a par sa faute
Perdu la confiance du gouvernement
Et ce n’est qu’en redoublant d’efforts
Qu’il peut la regagner.
Ne serait-il pas
Plus simple alors pour le gouvernement
De dissoudre le peuple
Et d’en élire un autre ?

Et parce que la Gauche démocratique n’est certainement pas « l’avant-garde du prolétariat conscient et organisé « (uhuhuh): qu’elle essaye plus simplement de comprendre le peuple, des bobos de Paris aux « ploucs » de nos provinces les plus reculées, pour construire une politique à leur image. Qui sait, ça pourrait peut-être même lui permettre de revenir au pouvoir, non pas « plus à gauche » ou « plus au centre » voire même « plus à droite », mais tout simplement en servant effectivement les aspirations de ceux dont elle prétend être l’émanation.

Bonne journée ! 

Musique du jour: Dj-Kicks – Daddy G (oui, le gars d’Massive Attack)

Publicités

~ par nrs sur 30 novembre 2007.

11 Réponses to “La Gauche contre le peuple ?”

  1. Tin tu déconnes 🙂 … mais bon on en reparlera.
    Toine ton avis ?

  2. Plus sérieusement… je te conseille ça : http://marc.vasseur.over-blog.com/article-11266956.html , un metheny de derrière les fagots 🙂
    (j’ai regardé dans ta playlist… comme j’ai vu l’ami Pat tu te souviens du concert à Tourcoing ??? avec Toine et cette envolée avec Redmann ??…

  3. Le Peuple est-il plus soluble dans les discours de la Gauche ou de la Droite ? Et puis, d’un strict point de vue européen, est-il mieux soluble dans le vin ou dans l’alcool ?
    :o)

  4. Est-ce que je déconne, Marc ? Non je ne pense pas: mon propos ne porte pas sur le contenu (quelle Europe ?), ni sur les « bagarres internes » du PS. Il porte simplement sur le principe démocratique et les limites du système représentatif. Il y a une certaine contradiction à magnifier dans les discours l’Europe des citoyens (à moins que ce ne soit qu’une figure de style imposée pour faire « moderne ») et à avoir peur que lesdits citoyens s’expriment. C’est un peu « Oui, exprimez-vous, mais attention, hein ? Endéans ce que l’élite a d’ores et déjà décidé pour vous ».

    C’est ça qui déconne, pas moi, et ce quelle que soit la position que l’on peut avoir sur l’Europe. Si servir le peuple n’implique pas que l’on soit à sa traîne, si REPRESENTER le peuple repose sur l’idée qu’on lui rende des comptes APRES avoir décidé, il en va autrement lorsqu’on lui demande de s’exprimer AVANT en lieu et place de ses représentants: il est alors le « roi ». Au lendemain du referendum, plutôt que de se lamenter sur « ce peuple ingrat » et trouver une solution pour faie passer autrement la Constitution rejetée par lui, droite et gauche eussent été mieux inspirées de demander en choeur une réorientation du projet européen et de poser des limites politiques à toute nouvelle avancée.

    Le Plan B, ce n’était d’ailleurs rien d’autre que ça: s’appuyer sur le SEUL vote direct des CITOYENS dans un grand Etat pour faire de la politique, c’est à dire poser un rapport de force. Pas faisable ? Mmmm… Quand on voit la manière dont nos amis du Royaume Uni obtiennent tout ce qu’ils veulent de Bruxelles en agitant en permanence la menace de leur opinion publique (et sans même faire, eux, de référendum), on se dit que les « élites » françaises – qui participent à la construction d’une Europe qui correspond de moins en moins à la vision qu’elles en ont ou disent avoir – ont encore beaucoup de choses à apprendre. Beaucoup. Etre leader pour être leader, quel que soit le projet, ne rapporte rien. Il faut savoir, de temps en temps, jouer au vilain petit canard.

    Bref, il ne faut pas construire l’Europe pour l’Europe, Marc, et qui plus est certainement pas en marchant sur les citoyens. Il faut la construire pour qu’elle serve certains buts.

    Bise

    PS: oui, je me souviens du concert de Pat Met’. Géant !

  5. Mon P, j’ne sais pas dans quoi le peuple est le plus soluble… Mais moi j’me suis dissolu hier soir dans un fantasque vin de Collioure et de l’alcool à 60° Tchèque !!!

  6. hihihohohaha ! et moi dans une vie antérieure, j’étais une distillerie de whisky qui pompait de l’akvavit en nageant dans la bière. On est Européen de coeur ou on ne l’est pas !
    ;o)

  7. J’le suis de coeur, comme un bon vin… Mais le bon vin doit bien se conserver pour garder sa saveur !

    Bise mon P.

  8. Marc, mon avis est que *fondamentalement* (comme il dit!), Nico a raison. Même si perso j’ai voté oui en 2005, j’estime en effet que les combines/combinaisons/combinatoires improbables ne servent en aucun cas la politique / la construction européenne, trop lente à mon goût / la confiance du citoyen en la politique.
    C’est effectivement du foutage de gueule.

    Nico, tu es beau en Danton. 🙂

  9. Non. J’suis beau tout court !!! C’est mon psy qui me l’a dit !

    Bise Antoine

  10. Mais oui je t’ai reconnu mon Nico « Tu montreras ma tête au peuple »
    Echarpe bleue aux couleurs de l’Europe ; les photos sont pas terribles Ni – KON mauvais SOny alpha 700 bon
    A + mon Nico

  11. Mmmm… T’abuses Mazzo…

    D’abord moi c’est K-non, et non ni-Con ! Les photos sont l’expression d’un moment, ce que je vois comme je le vois, un moment brut, car je ne recherche pas « l’art » et je ne les retravaile pas sur photoshop ou autres. Il y en a des bonnes, des moins bonnes… et certaines qui peuvent sembler loupées car floues le sont volontairement, justement (ma série barcelonaise par exemple). Ah les goûts et les couleurs, hein ?

    Bise, mon Mazzo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :