Eteignez les Lumières !

[L‘ami Antoine en a rajouté une couche sur ce sujet sur son blog, et ce de manière sensible et avec une grande clarté. A lire !!!] 

Pour ceux qui ont du mal à saisir le débat français sur la rétention administrative à durée.. variable… de certains criminels condamnés et ayant déjà exécuté leur peine, en vue d’éviter toute récidive, faisons simple:

– ça revient à dire que qui a été condamné et a déjà purgé sa peine… fera de nouveau de la prison sans jugement, pour une durée indéterminée. Car n’en déplaise au Conseil constitutionnel, une rétention est une privation de liberté, donc équivalente à la prison… Bref, un type condamné à 15 ans pourra en faire en fait.. 30… voire plus… sans avoir été re-jugé et condamné.

– ça revient à dire que l’on n’est pas condamné pour ce que l’on a fait, mais pour ce que l’on pourrait faire. Oui, c’est comme Bush avec les armes de destruction massive en Irak: au cas où quoi, à titre préventif. A noter que la récidive ne concerne que 3% des prisonniers, et qu’en matière de crimes sexuels elle n’atteint qu’1%… Et en général, plus la peine de prison fut longue moins il y a récidive… Or les criminels visés par cette loi seraient justement ceux ayant été emprisonnés au moins 15 ans… avec un taux de récidive infinitésimal.

Bref, un type sera donc emprisonné sans avoir rien fait d’autre que le crime pour lequel il aura déjà été condamné durement, et qui plus est sans jugement – mais qu’y aurait-il à juger en l’absence de nouveau crime justement ???

Et malgré cette « faveur » que lui a fait le Conseil Constitutionnel en considérant que cette rétention n’était pas… une peine – à se demander ce qu’est une peine finalement… – le Sarko, ben il n’est pas content du tout du tout.

ddhc.jpgPourquoi ? Parce que le Conseil a considéré que cette loi ne pourrait s’appliquer aux criminels condamnés AVANT son entrée en viguer. C’est là le principe de non rétroactivité de la loi pénale la plus dure, le fameux nula pena sine legem de Beccaria, et que l’on retrouve… dans l’article VIII de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, cette base du consensus français que nous avons exporté aux quat’coins du monde… Excusez du peu !! Ce principe fut certes violé depuis dans le dans le droit français… par l’Etat de Vichy en 1941 – l’affaire dîte des Sections Spéciales. Oui, on est accompagné dans l’histoire par qui l’on imite.

Mais voilà, les amis du Président risquant de se prendre une dérouillée aux élections municipales de mars, on appuie sur la fameuse « insécurité », le panem et circensem du français moyen gavé de polards médiocres par TF1 et qui crois qu’une moto pétaradant dans sa rue à minuit le met en danger, le Dupond-Lajoie qui a voté Le Pen en 2002. Et les sondages donnent raison au Sarko – même si ça semble faire « pschiiiiit » s’agissant des prochaines élections.

Mais vous me direz que ce n’est pas grave si on ne fait ça que pour les criminels, des « salauds ». Et je vous répondrai que la Consitution n’est pas à géométrie variable: pour le faire il faut donc ôter cette garantie qui s’applique à tous. Qui empêcherait alors un autre dirigeant d’aller plus loin, en étendant le concept pour de simples délits, voire même sans condamnation préalable, par pure prévention ? Bush a respecté le droit américain…

N’oubliez jamais que l’Etat de droit ne signifie ni droits de l’homme ni démocratie. La III° Reich et autres dictatures diverses et variées furent fondé sur le droit et son respect. La différence, c’est le contenu de la règle. La différence, c’est la justice.

Oui, la République tombe chaque jour plus bas depuis qu’elle est dirigée par un mariole: les constituants de 1789 constituants.jpgdoivent vraiment se retourner dans leurs tombes ! Alors, oui, merci d’éteindre les Lumières en sortant de France.

Bonne journée !

PS: je signale que j’ai 2 filles, magnifiques. Donc évitez le « si tu avais des enfants tu n’écrirais pas ça » et arrêtez de regarder TF1 – arrêtez même la télé, ça rend con en général.

Publicités

~ par nrs sur 29 février 2008.

11 Réponses to “Eteignez les Lumières !”

  1. Bel article, mon Nico. J’ajouterai que si l’on enferme quelqu’un sans perspective de sortie, on en fait un fauve. Je ne crois déjà pas beaucoup à la prison en général, en tout cas pas telle qu’elle est pratiquée dans notre beau pays (où la conception la plus récente est d’enfermer pour punir, et non pour éloigner le temps de soigner/éduquer/réinsérer). Mais ce vers quoi on va est une aberration sur le plan pénal.
    Si on se donnait un peu les moyens de soigner les détenus pour crimes (sexuels) lorsqu’ils sont en prison, on n’aurait pas peur de les relâcher ensuite. Mais on est bien dans une optique où la détention sert à punir, et non à préparer la réinsertion. Les soigner, ces salauds, après ce qu’ils ont fait? Mais les entasser à quatre dans neuf mètres carrés, c’est encore trop bon pour cette racaille. Et le bon peuple apllaudi. Dès lors, ne pas trop s’étonner si les mecs qui sortent après quinze ans de tôle, de promiscuité (aaaah, les plaisirs de la sodomie non consentie par un détenu plus costaud, le soir dans la cellule) et d’abêtissement par les pilules (données par le seul médecin pour X centaines de détenu – pendant qu’ils sont shootés, ils ne font pas de conneries), d’absence de sexualité ‘normale’ (càd avec l’être aimé, ou au moins l’être de son choix), ne pas s’étonner, donc, si les mecs qui sortent après tout ça sont des bêtes féroces. Mais on aurait pu faire autrement, si on aavait une autre conception de la zonzon…
    Et ne pas me sortir les violons svp, j’ai trois enfants et ça ne change rien à ce que je pense.

  2. Bravo pour cet article tres clair. Je profite de mon message pour conseillé un tres bon livre sur la question carcérale : « Les prisons de la misere » de Loic Wacquant aux editions Raisons d’agir. (NB: Non ce n’est pas un pote et je ne detient aucune partie du capital de cet editeur 🙂 )

  3. Oui,, bel article ! (son) Nico !
    Le fond est passionnant, ouvert à un débat qui pourrait ne jamais finir (d’où le fait que personne n’en parle ?). La forme est toujours la même, agréable.
    Je peux donner mon avis ?

    Je suis d’accord pour qu’un condamné paie sa peine une fois. Moi, je n’ai pas l’habitude de punir une deuxième fois un de mes enfants qui l’a déjà été.
    Je pars du principe qu’une punition est faite pour que le puni comprenne …
    Mais, messieurs, si vous vous intéressez un peu au fonctionnement phsychologique d’un violeur d’enfants par exemple, sachez qu’il ne comprend pas pourquoi il est puni, puisqu’il considére que ce n’est pas répréhensible de violer l’enfant, puisque pour lui, bé oui, il ne s’agit pas d’un viol…
    Je n’ai pas la solution pour ces gens là. J’ignore qui l’a et si elle existe.
    Je ne regarde pas la télé donc, je ne suis pas contaminée, je pense avoir un niveau intellectuel acceptable, je suis mère aussi, et pourtant, je fais partie de la catégorie des gens qui pourraient être d’accord pour qu’on ne lâche surtout pas de vue ceux dont le fonctionnement est ainsi fait que le crime commis n’en est pas un.
    OK, ne pas les remettre comme des « fauves » en prison, mais que faire alors ?

    Et puis, dans cette longue réflexion, on a deux possibilités : se placer du côté de la victime ou du côté du criminel.
    Ne pensez vous pas qu’il est juste que le français moyen se place côté victime (tendance trés française, je sais), parce que le côté humain ressort ?
    Maintenant, difficile de se mettre à la place du « criminel » n’est ce pas ?
    Mais, si je pense : c’est un de mes proches… ça se complique, car j’aurais beau l’aimer, j’aurais peur, bien sûr, qu’il ne recommence …
    Quant à priver un être humain de « vie » parce qu’il a commis un délit (ben oui, pas de sexualité normale pour le détenu, pensez quand même aux faibles qui sont leurs victimes…), que faut il faire alors ?

    Décidemment, comme tout grand sujet qui nous révolte, nous avons tendance à donner notre opinion mais avons les plus grandes difficultés à trouver la solution !

    J’ai mis mes violons en sourdine. héhé

    Pomme

  4. @ Pomme,

    Merci de ta contribution au débat. Je prépare un article un peu plus fouillé (et plus long que mon commentaire) sur mon propre blog à ce sujet, dans lequel j’expose plus en détail mon cheminement sur la question de la sanction et de la prison.
    On pourra ne pas être d’accord, mais il faudra argumenter 🙂

    Au plaisir de te lire,
    ant.

  5. @ Pomme
    Pour nourrir la réflexion : la question n’est pas, comme Sarko et se sbires tentent de le faire croire, d’être du côté des victimes ou des assassins, la question ne se pose pas en ces termes. Le seul point de vue valable est d’être du côté de la société.
    Je te laisse y réfléchir, je développe ça dans l’article en question.

  6. Antoine,

    Si je réagis, c’est que le sujet est passionnant … comme tout sujet de société oui oui !
    OH que je les sens bien les longues nuits blanches à débattre !

    Alors OK, je me mets du côté de la société (qui n’est donc pas divisée selon toi entre victimes, assassins, ceux qui ont le pouvoir, ceux qui ne l’ont pas), pas facile.
    Pas facile parce que cela veut dire être complétement neutre. Or, je doute que quiconque le soit dans cette fichue histoire.

    Je crois comprendre ce que tu veux dire : tu parles de l’avenir de la société si on en arrive à de telles extrêmités ?
    Alors là, 100 % d’accord !
    Evidemment que tout cela devient de la pure folie !
    Moi qui décortique la démocratie régulièrement, j’avoue que j’ai bien du mal à ne pas perdre le fil entre ce qui était prévu et ce qui est !

    Pomme

  7. @ Pomme,
    La moindre des choses qu’on peut attendre de celui qui fait la loi, c’est qu’il ait un point de vue totalement neutre et objectif, et en auncun cas larmoyant sur le malheur (réel) des victimes.
    Sinon, on rétablit la peine de mort tout de suite. Et la loi du Tallion.
    Qu’en tant qu’individu, on puisse se projeter, pas de problème, c’est humain.
    Mais le législateur doit être au dessus de ça.
    Enfin, un fin juriste comme mon gars Nick me donnera son point de vue quand il aura récupéré sa connexion.
    Sarko joue le registre compassionnel, et j’ai du mal à croire qu’il le fasse 100% sincèrement sans arrières-pensées politico-électorzalistes (c’est quand les municipales, déjà…?). Mais c’est un parti-pris que je rejette.
    La suite bientôt, jai passé un week-end d’enfer (merci Nico) et je n’ai pas fini mon article. A suivre donc.

  8. Antoine,

    je suis de nouveau 100% d’accord là dessus, mais au fond, qui « vote » les lois ? ils sont nombreux aussi les impliqués !
    Evidemment qu’ils se doivent d’être neutres, mais ils ne le sont jamais puisqu’ils ne pensent pas qu’à la France, ils pensent avant tout à eux ! (lire à ce sujet « Mensonges » de P. Eliakim, il ose dire tout haut…).
    Il y a pourtant ce principe en France (ha ha ha) qui dit qu’on ne peut être jugé deux fois pour un crime que l’on a déjà payé (dit avec mes mots).

    Si l’article n’est pas fini, j’attends la suite …

  9. La première partie est en ligne.
    A suivre.

  10. Bon, il vient, ce post sur les week-ends bobo à Bruxelles? 😉
    Bises mon grand

  11. @ Ant,

    Attend, chuis un lent moué, un artisan du blog, pas un pro du quotidien. Bon, c’week-end ça devrait l’faire !
    Bise mon grand
    Nick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :