Le taulier s’est pris une tôôôôle…

…, et une belle d’ailleurs, mais il s’en fout. La gauche a gagné les élections municipales et cantonales, mais Sarko ne changera rien. Et entre nous, et bien il a raison de son point de vue: il n’est pas de gauche, pouquoi voudriez vous qu’il fasse une autre politique que la sienne ? S’il devait se muer en mec de gauche nous dénoncerions tous son hypocrisie électoraliste.

Bon, et maintenant on fait quoi, à gauche ? On s’écharpe ? On attend sans bouger les prochaines élections pour surfer sur le mécontentement – au risque de se planter car l’abstention marque un certain désintérêt des classes populaires (les « ploucs »), qui sont quand même les gens que la gauche est supposée défendre ?

Ou alors on essaye de réinventer un projet et les politiques  économiques, sociales et fiscales, qui vont avec, et le tout en accord avec les choix que l’on a fait et leurs conséquences – on ne peut pas avoir laissé passer Lisbonne et aller plus loin dans la construction européenne actuelle, et dans le même temps faire comme si la France était un espace fermé non soumis aux pressions économiques extérieures (pour ça que j’étais contre Lisbonne). Bref, comment réenchanter le Monde sans gueule de bois du petit matin ? Pas simple…

… Mais passage obligé, qu’il faudra assumer. Et ce quitte à recomposer la gauche, quitte à ce que le PS se casse en 2, à reformer deux grands ensemble. Tenez, au parti communiste, il y a un immeuble vide – du Niemeyer en plus ! – qui pourrait accueillir adeptes du grand soir et autres fans du facteur, et jacobins radicalisés du PS – dont on se demande ce qu’ils font avec les copains girondins de DSK. La taulière dudit parti a de la place à revendre et accepterait peut-être de changer le nom d’l’hôtel si les clients le demandent, histoire d’attirer du monde !

Bref, ce serait une erreur au nom d’une mythique unité de façade de ne pas aller au fond des choses et de servir un projet mi-chèvre mi-chou, un truc fade invendable car imbitable (souvenez vous de la différence de clarté programmatique entre Sarko et Ségo lors du « débat »), avec des clans s’épiant faute de se résoudre à se séparer, et avec un « patron » qui ne serait qu’un antibiotique dilué (le truc qui renforce la maladie au lieu de la combattre). Reconstruire la gauche, c’est aussi accepter les fusions-acquisitions, sa recomposition en conséquence des désaccords de fond.

Alors on verra ce qui se passera. Et on commentera, of course !

Bonne journée – moi j’file à Rome et à Malte. 

Publicités

~ par nrs sur 17 mars 2008.

4 Réponses to “Le taulier s’est pris une tôôôôle…”

  1. tout pareil mon poulet 🙂

  2. Ben oui, mon grand. Ca fait des mois qu’on le dit… Mais comme « on a ga-gné, on a ga-gné », l’examen en profondeur ne sera pas pour tout de suite.
    En ce sens, il aurait mieux valu une grosse taule à gauche. Sauf à Lille, bien sûr, je ne vais quand même pas habiter dans une ville de droite 🙂

  3. Ben si « on » reste sur le « on a ga-gné, on a ga-gné », ce sont les électeurs qui vont partir. Et je connais plus d’un militant socialiste qui souhaite ouvertement la scission du dit parti pour clarifier les choses.

  4. @ Laurent K
    Puisses-tu dire vrai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :